Rechercher

L'œil du pratiquant : interview de Patrice Moreau


Patrice Moreau durant l'un de se voyages en Asie du Sud-Est




Quelles sont les disciplines que tu pratiques et depuis quand ? depuis quand enseignes-tu ?


Je pratique actuellement le Yoga. Je compte reprendre le Kyudo.


J'ai pratiqué l'aiki pendant 4 ans et le kobudo pendant 7 ans avec Lionel Oudart, depuis 1990, parallèlement au Yoga (toujours avec Lionel). Mes premiers cours avec Lionel étaient d'aïki puis de yoga. Au début des années 1990. l'ambiance en aiki et Kobudo et kobujutsu était extraordinaire, avec tous les anciens gradés autour de Lionel. C'était un force positive et une union très forte. Après, avec l'arrivée puis la montée en puissance d'un noyau de nouveaux individus qui ne me convenaient pas et qui ont pris le dessus, créant un clan à l'intérieur du groupe, j'ai arrêté les arts martiaux, que je suivais par ailleurs de plus en plus irrégulièrement. Ils ont ensuite filé plusieurs années plus tard, mais je n'ai pas repris les arts martiaux.


J'ai donc pu me consacrer au yoga exclusivement, que je pratiquais en même temps que mes cours d'anglais et d'espagnol à la fac, que je séchais magistralement pour venir au yoga. Et j'en suis fier. Puis fin des années 1990 je me suis mis au Kyudo, toujours avec Lionel. Je n'ai jamais souhaité apprendre ces pratiques avec d'autres professeurs, le meilleur, à mon avis personnel, étant ici servi "sur un plateau" dans chacune de ces disciplines, tant au niveau pédagogique que de contenu.


J'enseigne le yoga depuis 1994. Les 2 premières années bénévolement, puis professionnellement par la suite jusqu'à aujourd'hui.


Quel âge as-tu ? y a-t-il un âge pour commencer ces pratiques selon toi ?


J'ai 52 ans.


L'âge où chacun se trouve prêt (et, tout d'abord, sur place) est le meilleur âge.


Plus on commence jeune, plus on a la possibilité de se baigner dans ces Arts, et de les intégrer pour que ça devienne une seconde nature, les intégrer dans l'instinct, et qu'on puisse devenir soi-même aussi créateur en dépassant l'aspect technique, ces arts étant vivants. Ca demande de l'engagement et de la patience. Seuls ceux qui développent ces qualités seront exaucés.


Le yoga est selon moi la pratique qui peut être démarrée avec l'amplitude d'âges la plus grande. Car c'est très préparateur pour un départ dans la vie avec des bases fortes de discipline intérieure, avec des garde-fous, et également réparateur jusqu'à à un âge avancé. J'ai déjà donné des cours à des enfants d'élèves qui accompagnaient de temps en temps leur parent. Dont une fillette de 10 ans très douée, posée, et avec un potentiel très important. Mais un an plus tard j'ai appris qu'elle faisait de la boxe. La connerie atteint tous les âges... Par contre, beaucoup plus sensée, ma mère très âgée fait du yoga (en prévention) et ça lui permet de ne pas être dans une chaise roulante. Bien sûr c'est avec les exercices adaptés. Mais elle a commencé très très tard.


Je n'enseigne qu'à des gens qui font le choix conscient et volontaire de la discipline. Car un cours avec des éléments dissipés, quel que soit l'âge, n'est plus gérable.


Les arts martiaux, au delà de l'aspect martial qui est un sujet à soi, sont très riches au niveau coordination dans l'espace, la vigilance, et dans la relation à l'autre (si c'est avec le respect indispensable et les valeurs de sincérité et d'honnêteté qui prévalent dans les cours de Lionel). Zen et arts martiaux sont semblables. Donc si on ne pratique pas une part d'intériorisation dans cette pratique, le mental devient prépondérant. C'est le problème. Zazen, l'assise, est un complément nécessaire aux arts martiaux. D'ailleurs, les samouraïs pratiquaient cette intériorisation sous une forme ou une autre. Qui permet les visualisations des phases d'action pour les fixer dans le subconscient profond.


Dans le yoga, au départ on est plus "intériorisé". Mais de par toute la richesse de cette pratique, c'est une découverte de son être profond donc des autres. Et préparer le terrain pour devenir OMniprésent. Il n'y a pas d'âge pour l'apprentissage des choses fondamentales. On enseigne bien des pratiques sportives destructrices à des gamins très jeunes, donc pourquoi pas leur enseigner des pratiques riches de contenu et de sens qui les aidera toute leur vie ? C'est pertinent. Mais il y a la pression de la société, de la mode et du système à conditionner et à lobotomiser dès le plus jeune âge. Tu as un skate et des baskets et tu rappes ça y est t'es dans le moule. C'est difficile de sortir de ce marécage.


Rien n'égale la richesse du yoga, à mon sens, au niveau santé, évolution spirituelle (éveil), et ce à tous âges. Mais ça dépend de chaque individu et de son potentiel d'éveil. Je parle là du Yoga authentique. Certains sont prêts au yoga très tôt, d'autres ne le seront jamais. Le yoga peut être évidemment très utile dans la pratique des arts martiaux et complémentaire. Lionel faisait faire Kapalabhati et Bhastrika (des kria yoga) en début de cours d'aiki et de Kobudo à une époque, ce qui était tout à fait pertinent même si ça n'était pas très populaire parmi les pratiquants, ce qui est dommage pour eux.


Quelles sont les raisons qui t’ont amené à pratiquer ces disciplines ?


Je ne vais n'en parler que brièvement. J'ai commencé le yoga à 22 ans. Mais depuis l'âge de 18 ans, je pratiquais Zazen seul, avec l'aide de livres (de taisen Deshimaru). Ca m'a beaucoup éveillé, aidé et extirpé du désert spirituel et les doutes dans lesquels je marinais, au bas mot à me libérer de la dictature du mental. Toute une histoire..


Personne ne m'avait jamais guidé. Mais j'ai toujours rencontré dans ma vie, même pour des courtes périodes, des gens à l'esprit sain et évolué, qui ont été à chaque fois comme un phare dans mon évolution.


Mon premier éveilleur a été Taisen Deshimaru, un japonais qui a fait découvrir le zen japonais en Europe dans les années 60. L'esprit de Zazen est quelque chose de fondamental dans mon (r)éveil et la prise de conscience des mécanismes du mental et de l'ego. "laisser défiler les pensées face à la conscience, elles n'ont aucune substance, sont "KU" , ne pas s'y attacher." J'avais essayé de pratiquer avec des groupes de zazen sur Besançon, mais ca ne me convenait pas.


Puis c'est suite à la découverte des cours fantastiques et uniques de Lionel Oudart que j'ai pu mettre le doigt sur ce qui fâchait dans mon fonctionnement intérieur, mettre un nom dessus, et réellement faire décoller mon processus d'éveil. C'est exactement ce que j'attendais. J'ai une chance incroyable de suivre ses enseignements vivants, fondamentaux et intemporels depuis toutes ces décennies et lui suis éternellement reconnaissant.


A quelle fréquence pratiques-tu ?


Je pratique différentes techniques et exercices déjà en cours vidéo avec les élèves qui me regardent en direct (ils ont le différé également en version HQ à leur disposition). Les kria yoga je les fais quotidiennement. la fréquence ne veut pas dire grand chose, le tout est de ne pas perdre contact avec la pratique, la qualité est plus importante au départ que la quantité, et bien sur un régularité de pratique est indispensable. D'où l'importance de l'aspect éducatif. Si la quantité s'ajoute à la qualité c'est du pain béni. Si j'apprends les mauvaises techniques et que je les répète, je ne ferai qu'une série d'impostures et je m'esquinterai. j'ai eu la chance de prendre un très grand nombre de cours avec Lionel depuis 31 ans. Tout en me prenant en charge. C'est impératif, à partir d'un certain cap, de ne pas rester passif et de se prendre en charge et d'être dans la dynamique de recherche, d'être proactif, le préalable à être par la suite "actif pro".


Le yoga étant un état d'esprit (au sens d'un état d'être dans l'instant présent), on peut être en état de Yoga (qui signifie UNION) sans extérieurement être en posture. A développer.


Comment s’appelle ton ou tes clubs ? Ou se situe-t-il ?


Mes cours sont à Quingey, Larnod, Thoraise, Ronchaux, Besançon (Conseil régional). j'ai un nombre régulier d'élèves qui me suivent, pour certains, depuis plus de 20 ans.


Combien as-tu d’élèves ?


Des dizaines.


Quel est le profil de tes élèves ?


Grec :-)


En fait c'est très varié, des gens très différents les uns des autres pratiquent ensemble. Mais au fond, ils ont tous 2 bras, 2 jambes, et parlent la même langue, et ont en commun d'être de bonne volonté et ont l'esprit sain (je parles des élèves qui restent). Ce sont des amis, Ils sont admirables et ont beaucoup de mérite, et je ne les abandonnerai jamais. Ils ont tous les âges. Et c'est important qu'ils soient tous ensemble, avec leurs différences, car le système, la société crée assez de cases, de divisions. Ma mission est de leur enseigner le yoga. Ce n'est pas qu'un travail. C'est une Mission et elle évolue.


Proposes-tu des cours particuliers ?


Oui.


C’est quoi la méthode Oudart pour toi ?


Ce que la méthode de yoga de Lionel Oudart est pour moi : un outil indispensable, le couteau suisse de la santé avec des centaines de postures, de variantes, une matrice, un concentré de principes fondamentaux appliqués dans le réel. Pas du bla bla intellectuel inapplicable. Lionel a créé une méthode de Yoga unique tout en incluant fidèlement les étapes ainsi que les différents types de yoga qui combinés ensemble composent le Yoga traditionnel, et œuvrent sur l'harmonisation de l'ensemble du composé humain. Du plus grossier au plus subtil.


Il a créé des séries posturales uniques, chacune travaillant (pour résumer basiquement) telle ou telle zone du corps. Tant pour se retaper des tensions quotidiennes que pour enlever des "conserves" d'entorses ou de cyphose, etc etc, des tensions accumulées depuis des années. les plus raides et les plus souples peuvent découvrir leur potentiel de souplesse et de mieux être, et c'est tout cela le tour de force de Lionel, que de permettre à chacun d'évoluer à sa mesure dans le groupe, dans un esprit de tolérance de l'autre et d'exigence envers soi même. les clés posturales sont un élément clé de la méthode de Lionel.


Et le club de Lionel, Ce n'est pas un club de sport. C'est une réunion d'individus, qui font le choix de pratiquer sur le long terme (si ils ont la chance de pouvoir le faire) un art, qu'il soit martialART ou yogART. Pourquoi un art ? L'être humain est un miracle d'œuvre d'art, aucun humain n'a pu en construire un a partir de rien comme dit Lionel.


En quoi ta pratique est-elle différente des clubs de sports classiques ?


Le risque dans beaucoup de pratiques, est de s'identifier à tel ou tel personnage, icône, de glorifier l'apparence de la technique, le corps, ainsi que les titres. Et il y a aussi les effets de mode, les suggestions... On peut avoir besoin de tout ça au début mais il est bien de s'en séparer au fil de son évolution. Sinon c'est qu'on n'a pas évolué..


Tant les sports, les arts martiaux que le yoga et toute situation de la vie quotidienne n'échappent aux manipulations de l'ego en soi. C'est la nature de l'être humain. On est alors piégé par le mental, on s'éloigne de l'Etre en recherchant le paraitre, en cherchant à être reconnus par les autres, et non pas par soi-même.


Mais Lionel, par l'instauration de la vigilance et de la bienveillance dans la pratique (en étant lui même l'exemple) , sait bien faire pour ramener tout le monde dans l'ici et maintenant et faire en sorte que chacun, par sa propre initiative, par son propre éveil, puisse enfin "rendre à ces Arts ce qui appartient à ces Arts." Et c'est libératoire. On sort des cours de Lionel changé, comme rafraichi, comme recentré sur l'essentiel.


C'est pourquoi la quantité de pratique, d'y baigner, et de s'imprégner des valeurs transmises, est importante pour dépasser l'attachement à la technique et enfin accéder au "pouvoir de l'instant présent" et à l'action spontanée donc créatrice.


Quelle est ta technique préférée/ ton geste préféré/ta posture préférée?


La posture sur la tête avec les mains dans les poches :-)


Posture assise par Patrice Moreau



Posture est la bonne question ?


En fait, aimer toutes les postures est la bonne "posture". Mais qui en soi aime la posture ? pourquoi? Parce qu'elle est agréable ou parce qu'elle est correctement effectuée ? C'est l'être et le corps qui sont dans une posture, une position, à un moment donné. Si j'ai des tensions la posture sera désagréable, et si j'ai pas de tensions elle sera agréable donc je n'aurai rien à y faire.


Un adjectif ou un mot qui te résume dans ta pratique ?


Déterminé, Absolument optimiste et enthousiaste face au potentiel de développement du yoga de la méthode de Lionel Oudart.



Interprétation de la salutation au soleil (3ème forme) par Patrice Moreau selon la méthode Oudart.



Un message pour la jeune génération ?


Le meilleur est à venir si on sème les bonnes graines, les bonnes pensées. Sème une pensée et tu récolteras une action. Sème une action et tu récolteras une habitude, sème une habitude et tu récolteras un caractère. Sème un caractère et tu récolteras un destin.


Ne pas devenir un jeune vieux (ou un vieux jeune) conditionné ( on ne s'en rend pas compte, car c'est un processus d'endormissement de la conscience très lent). Aller aux valeurs fondamentales (vérité honnêteté, maitrise des sens, maitrise de l'avoir). Et se méfier des idoles, les faux dieux. Je ne fais que de répéter ce qu'il dit, car il n'y a rien d'autre à dire. Tout ça est valable pour tous les âges. Les jeunes ont l'avantage de ne pas être encore paralysé par les peurs. Il y a de l'énergie. Maintenant il faut la diriger pour qu'elle aille dans le bon sens. En ayant du bon sens. Car le péril du zapping, est là, du tout tout de suite. Et les suggestions. Car l'être humain est par nature très influençable. Mais il y a plein de jeunes qui sont très sensés et ne tombent pas dans ces pièges. Ils sont plus nombreux qu'on croit. Ils sont un vraie force positive pour l'avenir et c'est encourageant.


OM Shanti

Patrice

172 vues0 commentaire